mardi 16 mai 2017

Margival, village de l'Aisne, chargé d'histoire

hebergement d'image
Cet article est une copie du blog Le blog de l'unc35

Coup de pouce à une association de sauvegarde d'un site historique
1940. La France est envahie.
Hitler a alors la ferme intention de continuer sur sa lancée et de traverser la Manche. Des travaux commencent à MARGIVAL, il s’agit de construire un QG, d’où sera commandée l’invasion. Mais les Britanniques refusent aux allemands la maîtrise de l’air. En décembre 1940, il faut renoncer à l'Invasion de l'Angleterre...
Les travaux commencés par le génie allemand sont interrompus pendant quelques mois. Ils reprennent en 1942 avec l’organisation TODT. Il y avait jusqu'à 22 000 employés sur le site. Au total, environ 30 000 personnes ont travaillé à la construction de ce camp. Ils appartiennent presque tous au STO (service du travail obligatoire), surtout des Français et des Belges, quelques prisonniers polonais et aussi quelques volontaires. Toute la région devient zone de haute sécurité. Les travaux vont durer jusqu’à l’arrivée des alliés en 1944.
Le complexe principal s'étend au Nord du village de Margival aux pentes de la petite vallée escarpée de Laffaux , formant un vaste ensemble de 475 bunkers, pistes bétonnées, abris souterrains (soit 860 ouvrages en béton), voies ferrées. La dernière venue d’Hitler en France n’a pris dans les livres d’histoire que peu de place. Cette conférence à Margival le 17 juin 1944 est peu relatée. Hitler convoqua les principaux chefs du front de l’ouest au QG de MARGIVAL, dont les maréchaux ROMMEL et VON RUNSTEDT.
Lors de la reddition du Général VON CHOLTITZ (Commandant de Paris), au moins deux divisions allemandes étaient en route pour la capitale. Elles n'y arriveront jamais. Le Maréchal allemand MODEL ayant remplacé ROMMEL à la tête du front ouest, avec pour ordre de tenir tête bravement aux alliés. C'est lui qui était sensé exécuter l'ordre d'Hitler, donné le 25 août, de faire tirer tous les V1 et V2 disponibles sur la capitale. Cet ordre ne lui fut jamais transmis, le Général SPEIDEL, qui reçut ce message au camp de MARGIVAL, ne le lui remit pas.
Face à l'avancée des alliés et des résistants qui harcèlent les installations, le camp est abandonné par les allemands en déroute le 27 ou le 28 août 1944.
Des américains de l'armée PATTON seront les premiers à y pénétrer. Les Américains occuperont le site pendant environ 18 mois. Ensuite viennent des Italiens, Tchèques, Yougoslaves et puis les restes de la Division ANDERS s'y installeront quelques temps: C'étaient des Polonais servant dans l'armée britannique et pas du tout intéressés par un retour en Pologne. Des Vietnamiens y furent ensuite cantonnés, suivis par les auxiliaires féminines de l'Armée de Terre (P.F.A.T.): C'était pendant la guerre d'Indochine.
A partir de 1950, les autorités françaises réalisèrent d'importants travaux pour transformer le site en poste de commandement de la défense aérienne nationale (P.C. de D.A.N.) Puis de 1955 jusqu'en 1968, l'OTAN fit du camp le P.C. de rechange CENTRE EUROPE. Ce fut une époque de splendeur pour le camp, et de prospérité pour le village. Des travaux considérables furent effectués jusqu'en 1959. Beaucoup d'installations furent rénovées et des casernements construits, aussi bien dans le camp qu'aux alentours Deux noms sont à retenir parmi les Généraux qui ont commandé le CENTRE EUROPE: le Général SPEIDEL de 1952 à 1953, lui qui avait déjà connu le camp en 1944, et le Maréchal JUIN de 1953 à 1956. En juin 1967, la France quitte l'OTAN et toutes les forces alliées s'en vont. Le camp sera laissé à l'abandon jusqu'au 1er octobre. Le site servit ensuite jusqu'en 1985 de Centre d'Entraînement Commando, CEC129 ème RI, puis de champ de manœuvres pour le 67ème régiment d'infanterie.
Vers 1986 fut même installé un centre de maîtres chiens. En 1987, il fut question d'y installer une infirmerie pour l'armée allemande. Vers 1990, les installations de l'ancien Q.G. furent assainies pour environ 7 millions de francs pour l'installation d'un régiment de choc qui le quitta cependant à peine deux ans plus tard. A partir de 1992, le 67ème-Ri s'occupa de nouveau de l'administration du site jusqu'à sa dissolution en juillet 1993. De l'ancien QG de Hitler, puis camp militaire de Margival, désaffecté depuis 1993, les anciens des villages se souviennent encore du temps où les appelés des régiments de Soissons, de Folembray, ou de Laon, venaient s'y exercer. Aujourd'hui abandonné, en proie aux vandales et aux récupérateurs de métaux, il a été revendu en 2005 aux trois communes (Laffaux, Margival et Neuville) qui ont toutes trois rachetées leur parcelle à l'état... Une association, l'ASW2 s'est créer pour sauvegarder et de mettre en valeur le site de l’ancien quartier général Allemand de Margival qui fut construit pendant la seconde guerre mondiale.
Vous pouvez découvrir ce lieu sur internet asw2
Ce site se visite également toute l'année. Pour tout contact : LEDE Didier ASW2 - 1 place Cholon LAFFAUX 02880 ; tél : 06.03.71.22.30 Cette association recherche des tronconneuses, débroussailleuses, tondeuses, matériaux etc .. (dons ou occasions) pour l'entretien et la remise en état du site. Merci..  ou contacter le blog unc35leblog@laposte.net

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire